THE LOST MEN FRANCE de l’artiste contemporain sud africain, Paul Emmanuel, est le troisième phase d'un projet international d'art évoquant la Mémoire et la douleur collective, situé près du Mémorial de Thiepval, dans la Somme où des milliers de soldats sud-africains sont morts aux côtés des Alliés.

Anti-monument, il ne glorifie pas la guerre, mais pose des questions sur la masculinité et la vulnérabilité. Il remet en question l'exclusion de certaines personnes des monuments traditionnels, en particulier les militaires noirs sud-africains. Sur une route de six cents mètres, des bannières de soie portent des noms de militaires français, allemands, sud africains et alliés tombés sur le front. Après avoir été pressés sur la peau de l'artiste, les noms ont étés photographiés sans référence au classement, à la nationalité ou l'origine ethnique.

Ces bannières sont accrochées dans le paysage et laissé au vent.
             

© paul emmanuel